DR. MANHATTAN

Dr manhattan

scénario : j. michael straczynski                                                        dessin : adam hughes

Jon Osterman, alias le Dr. Manhattan, égal d’un Dieu, perçoit l’espace-temps comme une chose finie. Chaque probabilité, les possibilités de choix, constituent des univers tangents, des univers intrasèques perceptibles par cet homme comme une seule vision, dans laquelle le passé, le présent et le futur ne font qu’un. Ainsi Jon revoit le début de sa vie, ses premières années d’études, de travail, mais aussi les autres années possibles. S’il n’avait pas été victime d’un accident l’ayant désintégré. S’il avait choisi une voie vers la gauche, ou vers la droite, un monde en guerre, ou bien en paix, un président conseillé par Le Comédien ou par Ozymandias, etc.
Tous ces possibles, ainsi que l’enfance, durant la seconde guerre mondiale et l’oppression nazie, la solide relation qu’il entretenait avec son père, reviennent en mémoire à Jon Osterman…

1. Qu’y a-t-il dans la boîte ? | What’s in the box ?
2. 13 heures 15 | One-fifteen P.M.
3. Ego Sum | Ego Sum
4. Changements de perspective | Changes in perspective

Mini Logo 01CMini Logo 01CMini Logo 01CMini Logo 01CMini Logo 01C

Ce récit, aux allures philosophiques, se rapproche le plus de l’œuvre phare Watchmen. On retrouve les monologues complexes de l’homme bleu et sa façon si distinctive de percevoir le monde qui l’entoure, de se désolidariser de l’espèce humaine, tout en revisitant la théorie du chat de Schrödinger à différents niveaux, la boîte devenant métaphore de bons nombre d’éléments. L’action ne se déroule pas vraiment dans le passé, excepté le passage sur la mort de sa mère par les nazis, mais plutôt dans de nouvelles uchronies. Que ce serait-il passé si telle ou telle action avait eu lieu ? Quelles conséquences pour le Dr. Manhattan ? Pour le monde ? En cela, cette histoire est passionnante, brillante. Si Jon était resté tout simplement humain, si Jon avait suivi les pas de son père, etc. De plus, le chapitre final revient sur la fin de Watchmen, avec un découpage volontairement inversé et un jeu de miroirs au fil des planches extrêmement bien ficelé. Il y a peu à redire sur cette histoire tant elle frôle la perfection et atteint presque le niveau de l’original ; si ce n’est que le concept « Before » n’est pas vraiment adapté cette fois-ci mais ce n’est pas plus mal puisque ces nouvelles réalités sont très certainement plus intéressantes.

Graphiquement, c’est tout aussi superbe, l’impression de voir des peintures un peu en relief à certains moments, comme dans les jeux vidéo en cel shading, les explosions de couleur sont magnifiques aussi, bref c’est une totale réussite et sans doute l’un des meilleurs Before Watchmen, à tout point de vue.

Disponible en recueil relié en juillet 2014. logoamazon
Publiée dans les magazines Before Watchmen 3, 4, 6 et 7. logoamazonnb

Trois planches (en anglais) à découvrir ci-dessous (cliquez pour agrandir).

Comic Before Watchmen Dr Manhattan 01 Comic Before Watchmen Dr Manhattan 02 Comic Before Watchmen Dr Manhattan 03AccueilHaut de page

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s